Catégories
Non classé

Chèques cadeaux

L’article de l’Est Républicain, édition du 29 décembre, relaie la décision de la majorité municipale de distribuer des chèques cadeau de 20 € à chaque foyer comprenant au moins une personne âgée. Un seul chèque par foyer, pas un chèque par personne. Le même choix avait déjà, l’an dernier, soulevé quelques aigreurs.

Commençons par apporter notre soutien à la décision de ne pas réunir le repas des aînés. C’eût été prendre le risque d’en faire un cluster géant pour une population plus fragile. L’annulation nous paraît donc sage. À condition que ce ne soit pas un prétexte pour oublier cette tradition ou faire des économies.

Lors de la présentation pour délibération au CA du CCAS le Maire expliquait que le le montant cumulé de ces chèques équivalait celui du traditionnel repas des aînés. Ramenée au nombre de personnes aurait abouti à 12 €. Effectivement, ça faisait vraiment pingre. Mais, suite à nos questions, le Maire nous avouait qu’en 2020, seuls 60 % de ces chèques avaient été utilisés. Un calcul rapide indiquait donc que, dans ces conditions, un chèque de 20 € par personne aboutirait à la somme habituellement dépensée. L’année dernière on pouvait dire qu’on ne savait pas. Pas cette année.

Nous avons donc demandé que ces chèques soient proposés à chaque personne et non à chaque foyer. Devant le refus du Maire, nous avons voté contre cette opération qui ressemble tellement à une aumône…

Les lecteurs de l’Est Républicain ont pu le constater : d’autres communes ont préféré distribuer des paniers de produits locaux, bien plus conviviaux qu’un chèque. La lecture du journal montre également que, ailleurs, l’apport à domicile a été préféré. Une manière de créer du lien social. Pour beaucoup, c‘est bien plus important et nécessaire que le geste budgétaire. Élus du groupe d’opposition, nous nous aurions de bonne volonté participé à une telle distribution. Au lieu de ça, le Maire et son adjointe demandent aux personnes âgées de bien vouloir passer à la mairie pour récupérer leur chèque. Prière de dire “merci” et “oui notre Monsieur, oui notre bon Maître”, et tant pis pour ceux qui ont des difficultés à se déplacer…

On notera aussi que certains commerces, qui n’ont pas accès à internet, ne peuvent faire profiter de cet avantage à leur clientèle. Quant à l’argument que “ça fait travailler le commerce local”, il est entendable. Il serait même presque crédible s’il n’y avait pas eu l’épisode Marie Blachère et Mangeons Frais.

Pour finir, puisque nous parlons économies et centre communal d’action sociale, c’est l’occasion de rappeler que le CCAS de Commercy a réussi en 2020, le tour de force de voir le montant des aides attribuées diminuer par rapport à 2019. 

Cette crise est décidément l’occasion de miracles économiques…

Dans ces conditions, nous remercions vivement les personnes qui ont préféré faire don de leur chèque à des associations caritatives. Contrairement à ce que tend à montrer le budget du CCAS, les personnes en difficulté en ont vraiment besoin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.